On dirait le Sud

Belle rencontre entre le club de la côte et celui des "hauts" hier après-midi à Trois-Mares.

 

Il faut bien le dire, les pongistes réunionnais s'ennuient quelque peu depuis la fin du championnat par équipes. La dernière "grande" compétition, les Championnats Individuels Toutes Séries se déroulera bien le 10 juin à Petite-Ile, mais ne concernera au final qu'un nombre assez limité de joueuses et joueurs.

Aussi les dirigeants du TTSP et du Tampon TT ont-ils décidé d'organiser une rencontre sportive à Trois-Mares. C'était une belle occasion pour les mutés et les joueurs en reprise d'activité de s'aligner avec leurs nouveaux clubs. Ainsi St Pierre alignait Victorien KWIATKOWSKI en provenance du TTT, Nicolas MOUNIAMA, transfuge de la Cressonnière et Olivier SORRES, de retour à la compétition. Du côté tamponnais, Jordan DIJOUX de Petite-Ile, découvrait ses nouveaux coéquipiers.

Outre les joueurs ci-dessus étaient présents : Geoffrey DUMOUTIER, Gilles GUAY, Gilles GROO, Laurent HAMEREL, Pierre ROUX, Nicolas LAURET, Benjamin ZETTOR, Louis ALLAIN, Nisha ALLAIN, Jean-Marie BODIN, Rodolphe CASTILLON, Jean-Sébastien CERVEAUX, Laurent CONVERT, Fred DELCHIER, Annaëlle ETHEVE, Daniel ETHEVE, Pierre MONDON et Benjamin OULEDI.

Une formule de rencontre par équipes, quelque peu "datée", mais prisée par Christophe le Boss sportif tamponnais, a été employée. La dernière fois qu'on a vu une feuille de match comme ça dans l'hexagone, c'était du côté de Rouen, dans les années 60 ! Des équipes de 6 avec deux groupes de 3 joueurs distincts. Rencontre en 20 points ! Sympa au final.

Le TTT s'est imposé dans les deux parties mais les scores en eux-mêmes n'ont que peu d'importance. On a toutefois noté la farouche volonté de gagner de Geoffrey et Gilles GROO, sans oublier l'envie de se dépasser de notre ami Victorien ; mais ça on la connait ! :-))

Au bout de 3 heures d'efforts, tous les protagonistes se sont retrouvés à prendre l'apéro autour des désormais célèbres samoussas et bonbons piments made in "Mickey" et des boissons amenées par nos hôtes. Occasion de se côtoyer, de se connaitre un peu mieux aussi. Quelques projets d'entrainements communs pour l'année prochaine voient le jour. Bref, que du positif. Belle expérience, à renouveler.

Une Ligue forte, ce sont des clubs forts. Les convergences de vues des dirigeants saint-pierrois et tamponnais sur la manière d'appréhender désormais le développement du tennis de table dans notre île leur permettront de prendre part à la reprise en main de la LRTT actuelle.

 

Un dernier petit mot pour souligner le passage d'Arnaud GENIN qui est venu saluer une dernière fois ses éphémères coéquipiers. Il va retourner en métropole poursuivre ses études. On vous avait parlé d'Arnaud il y a quelque temps. Il était venu au ping pour se préparer au racketathlon ainsi qu'aux futurs championnats du monde auxquels il participera cet été. Arnaud ne laissera que des bons souvenirs ici. Tout le TTT lui souhaite bon vent.

 

 

Jean-Sébastien CERVEAUX, de toutes les batailles.

 

Daniel, attentif, bien souple sur les genoux ...

 

Par contre, là ça mérite une plus grande attention !

 

Gwen venue encourager ses partenaires. Elle nous parle de la santé de son doigt :-))

 

L'expression : se retrouver autour d'une table.

 

Problème de Gilles : comment se débarrasser de ce CERVEAUX ?

 

Nisha, beau sourire après une prestation assez réussie. Dada qui goûte le coca du club dans un verre à pied.

 

 

La FFTT rassure un peu

La Secrétaire générale de la FFTT s'adresse aux clubs et précise un certain nombre de points.

 

 Notre fédération par l'intermédiaire de Mme Françoise LAPICQUE, vient d'envoyer un courrier aux clubs précisant quelque peu la situation actuelle. Cette lettre donne un certain nombre d'instructions que les associations devront suivre en prévision de la saison sportive à venir.

Qu'on se rassure, ça n'a jamais été la volonté de la Fédération de voir disparaitre le tennis de table dans notre Département. Notre organisme de tutelle a simplement mis en avant le danger d'une dissolution de la Ligue avec toutes les conséquences qui en découleraient dont la plus incroyable était l'arrêt de notre activité sous le label FFTT (plus de championnats, etc.).

Ce ne sera heureusement pas le cas puisqu'on se prépare à continuer nos activités sous la houlette d'une "Commission interne transitoire pour la Réunion" composée de trois membres de la Fédération et d'une représentation locale assurée par Jean-Marc JACQUES, assisté de plusieurs personnes. Cette commission fédérale ne dirigera la Ligue que pour une période qui permettra d'assurer la stabilité et la pérennité du ping à La Réunion.

La première étape se déroulera le 23 juin avec la démission en bloc du président actuel, du Bureau (vice-présidents, secrétaire) et du Comité Directeur. La Délégation locale s'installera dans ses fonctions en récupérant notamment tous les documents de l'ancienne équipe et surtout toute la comptabilité des années 2017 et 2018.

Dans un deuxième temps (il faut compter la fin du mois d'août), une nouvelle assemblée générale élective sera organisée avec de nouveaux statuts (une exigence fédérale) et, n'en doutons pas, une nouvelle équipe. Charge à cette dernière de mener L'IMMENSE mission qui consistera à relever la Ligue, sans oublier l'échéance majeure à venir, les JIOI de 2019 à l'ile Maurice.

En attendant :

- les Championnats de la Réunion Toutes Séries sont maintenus,

- les affiliations pour 2018/2019 seront à adresser à Jean-Marc JACQUES,

- les mutations/licences seront à réaliser comme d'habitude dans SPID,

- tous les paiements se feront par chèque à l'ordre de la FFTT et seront versés sur un compte particulier. Aucune somme ne doit être versée sur le compte actuel de la LRTT,

- l'ordre du jour de l'AG du 23 juin sera modifié.

Vous trouverez le courrier adressé aux clubs en le téléchargeant ici.

 

Marc DUBOURDIEU

Président du Tampon Tennis de Table

Ca pique !

 C’est un véritable séisme !

 

Le couperet est tombé. La Fédération Française de Tennis de Table vient de taper fort, très fort !

Depuis hier au soir, vendredi 25 mai 2018, la Ligue Réunionnaise de Tennis de Table a perdu l’ensemble des attributions qui lui avaient été confiées, à sa création, par la Fédération. « Celle-ci perd avec effet immédiat sa subdélégation d’organe déconcentré ».

Vous trouverez le courrier envoyé aux membres de l’actuel comité directeur en le téléchargeant ici. Nous le reproduisons ici puisque les clubs de La Réunion « doivent être avertis de cette décision ».

Nous allons faire un résumé de ce document de trois pages, très technique :

Le Conseil Fédéral a décidé à l’unanimité (fait assez inhabituel) que nos dirigeants actuels ne devaient plus « gérer » la Ligue.

Une commission fédérale composée de Mme Françoise LAPICQUE, secrétaire générale, M. Miguel VICENS, vice-président et M. Patrick LUSTREMANT, président de la commission statuts et règlements a désormais tous les pouvoirs pour administrer la LRTT en s’appuyant sur une délégation locale représentée par Jean-Marc JACQUES (ex président de 2012 à 2016).

Très schématiquement, le président actuel de la LRTT n’a que deux options :

  • Mettre en œuvre un processus de désignation par les clubs d’un nouvel organe dirigeant, sous réserve que sa composition convienne à la FFTT,
  • A défaut d’accord, organiser la dissolution de la Ligue !

Le message est limpide. L’équipe en place doit partir et le groupe qui la remplacera doit avoir la confiance de notre organisme de tutelle. A défaut, il n’y aura officiellement plus de tennis de table à La Réunion.

Les risques, on les comprend. Le « label » FFTT perdu, voilà ce qui se passe :

  • Plus aucune compétition (individuelle, par équipe) ne sera organisée sur le plan local,
  • Plus de participation aux compétitions nationales, internationales,
  • Plus d’organisation de stages,
  • Plus d’accès à SPID,
  • Plus de classement,

Il faut que les pongistes licenciés prennent bien conscience de ce cataclysme.

C’est une claque. C’était inéluctable.

On se demande encore comment on a pu en arriver à cette extrémité. La réponse est simple : la faute en incombe à une toute petite poignée de dirigeants peu responsables.

De l’incapacité chronique à administrer le sportif, l’administratif et, plus grave, le financier, en passant par des attitudes, des jugements, des prises de décisions désinvoltes, un sentiment d’impunité et de supériorité permanent ou encore une fâcheuse tendance à vouloir se servir ou à tirer profit de certaines situations, on a vraiment tout eu, tout subi.

Seules quatre associations ont été capables de dire haut et fort que ça ne tournait pas rond. Il n’était d’ailleurs que de lire les dernières communications fédérales pour se rendre compte qu’il y avait un gros problème à la tête de notre Ligue.

On s’étonne que d’autres dirigeants de clubs malgré toutes les alertes, tous les indicateurs inquiétants, n’aient rien fait pour essayer d’enrayer cette descente aux enfers. Pire, certains se sont fourvoyés en se compromettant avec l’équipe en place.

La période 2008 / 2012 ne leur avait-elle pas suffi ?

Les « lanceurs d’alerte » ne s’attendent évidemment pas à être accueillis en héros, ni à la reconnaissance éternelle de leurs pairs. Le choc que représente la décision fédérale sera bien difficile à digérer pour certains.

En revanche, « les quatre » (Aiglons, Club Dionysien, St Pierre, Tampon) restent persuadés qu’il était nécessaire d'aviser leur organisme de tutelle, très vite, avant que les choses ne deviennent encore pires qu’elles ne le sont. Il y avait de toute façon une forme de suicide destructeur pour nos ex dirigeants à vouloir ainsi s’enferrer dans des situations intenables, injustifiables.

N’oublions pas que ces responsables qui viennent d’être débarqués sont redevables de leurs actes et de leur gestion. Il existe même tout un arsenal juridique pour ce genre de situation.

C’est la première fois que la FFTT est confrontée à ce genre de problème, première fois aussi qu’elle est obligée de prendre une telle décision. Elle ne l’a certainement pas fait de gaité de cœur.

Une Ligue, n’est que le représentant « local » de la Fédération dans une région. Elle ne peut par un fonctionnement qui serait erratique, saper, affaiblir ou encore dévaloriser les instances fédérales en renvoyant une image qui ne correspond en rien aux attentes du national.

Mais la Ligue va renaitre sous une autre forme, avec d’autres dirigeants. Avec une autre idée de ses prérogatives, de son rôle aussi. La période à venir va être compliquée, très certainement douloureuse, mais au final porteuse de beaucoup d’espoir.

La Commission interne transitoire fédérale, appuyée localement par une délégation, sera chargée de relancer la machine, de la replacer sur des bases saines et solides et d’organiser une élection qui mettra en place des dirigeants enfin consciencieux. Ces derniers devraient officier jusqu’à la prochaine olympiade.

Ce sera alors et aussi le temps des rapprochements et des raccommodages. Nous sommes trop peu de clubs, trop peu de dirigeants pour snober les bonnes volontés, quelles qu’elles soient.

Une fois les « irresponsables » écartés et mis à l’index, il faudra que ceux qui veulent voir notre discipline et les valeurs qu’elle véhicule reprendre tous ses droits, se retroussent les manches et œuvrent dans la même direction car les amoureux de notre sport ne peuvent se résoudre à le voir péricliter et s’étioler.

 

Marc DUBOURDIEU

Président du Tampon Tennis de Table

Les mutations

La période des mutations ordinaires pour la saison sportive 2018/2019 est ouverte.

 

Les joueurs qui veulent changer d'air ont du 15 mai au 15 juin 2018 pour remplir leur demande de mutation, alerter leur club de départ et transmettre les documents à Patrice FEN CHONG du club de la Possession (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.)

Pour télécharger le document Fédéral : cliquer ici

Attention : ne pas oublier que les mutations entrainent certains frais (fonction du classement du joueur muté et de son âge).