jeudi, 18 janvier 2018

Retour vers le ... passé

  Je n’aurais jamais pensé écrire un dernier article avant 2018. Et je n’avais encore moins envisagé me retrouver plus de 5 ans en arrière en découvrant le courrier que la Fédération Française de Tennis de Table vient de transmettre à notre Président et notre Conseil de Ligue.

 

Souvenez-vous, lors de la mandature 2008/2012, notre Ligue avait déjà été au centre des préoccupations de la FFTT car elle était dans un tel état qu’elle avait fait « l’honneur » d’une réunion du comité fédéral ; informations ensuite reprises dans le magazine de la Fédération.

Je m’étonnais alors dans un article paru sur le site Web du club du Tampon de cet état de fait, loin d’appréhender alors tous les manquements qui avaient fait jour.

Puis une nouvelle équipe dirigeante s’est installée en 2012. Même si l’entente ne fut pas idyllique entre cette dernière et les cadres du T.T.T., force est de reconnaitre que la ligue avait été formidablement redressée, tant sur les plans administratif que financier. Si bien que les dettes avaient été épongées et la trésorerie remise sur les bons rails. Et quand on connait quelque peu notre type d’association, l’adage qui dit que « l’argent est le nerf de la guerre » prend ici toute son importance.

Las.

Sans reprendre tous les points d’un courrier qui a été largement distribué à de nombreux responsables de clubs et dont tous les joueurs locaux prendront bientôt connaissance, la première chose qui saute aux yeux est la dette de quasiment 6 000 euros de notre ligue envers la FFTT. Préoccupant.

Cette somme est réclamée en partie pour les affiliations. Serait-ce que la ligue n’a pas réglé les licences des adhérents des clubs cette année ?

Le reste est tout aussi surprenant.

Sur le plan sportif, voici plusieurs mois que le T.T.T. entend prouver que la venue de joueurs mauriciens dans notre championnat n’a pas été faite dans les règles. La Fédération aurait envoyé 4 mèls., restés sans réponse, concernant « … la nécessité de respecter la réglementation sur l’accueil de joueurs étrangers … » (sic).

Tout est dit.

Je pense qu’en remontant l’historique de toute cette opération, les dirigeants de la Petite-Ile vont trouver la pilule un peu amère à avaler …

Dans le tout dernier compte-rendu du conseil d’administration de notre club, j’ai utilisé l’expression de « désarroi administratif » pour qualifier l’état dans lequel se trouvait la LRTT, ayant peine à gérer et régler le quotidien. Je ne pensais pas que cette tournure correspondait aussi bien à la réalité.

Ce qu’a découvert la Fédération, l’absence « de gestion rigoureuse » (sic), ne traduit que ce que de nombreuses personnes ressentent sur le terrain. La plus belle illustration en est l’absence d’organisation d’une assemblée générale, annoncée maintes fois, et pour laquelle une date buttoir avait pourtant été transmise par notre organisme de tutelle.

Je me souviens avoir écrit au président de ligue et lui avoir demandé de transmettre un certain nombre de documents aux clubs du département, préparatoires à la tenue de cette réunion institutionnelle obligatoire. La FFTT réclame la même chose en insistant particulièrement sur le volet financier.

Elle parle même des demandes de subventions. Et, à moins d’un rebondissement inespéré, il est communément admis que notre ligue n’a posé aucune demande de subventions pour cette année 2017. On peut supposer que des actions de sponsorisation ont été menées à bien pour cette année civile, mais après ?

Je le répète, l’argent est le nerf de la guerre …

Je ne me réjouis pas du tout de ce que je viens d’écrire. Je ne prends aucun plaisir à constater que la LRTT, qui n’est que le prolongement des clubs de La Réunion, se trouve dans une situation très inconfortable. Nos dirigeants actuels n’ont pas su ou voulu assumer les responsabilités qui leur avaient été confiées lors de l’élection de septembre 2016.

Être bénévole aujourd’hui est un rôle difficile, ingrat, on le sait tous très bien. Cependant quand quelqu’un s’engage dans cette voie et qu’il en accepte les conséquences, il est de son devoir d’en assumer les responsabilités.

Peut-être que la future assemblée générale balaiera toutes ces interrogations, toutes ces incertitudes, et qu'elle apportera toutes les explications nécessaires à la situation dans laquelle nous semblons plongés. Permettez-moi cependant d’en douter.

Je souhaite que cet article reçoive un écho. Il ne fera certainement pas plaisir à tout le monde mais le débat est ouvert. Notre site Web peut compiler les commentaires, mon mèl. est connu, mon téléphone accessible. N’hésitez pas à vous exprimer.

 

Marc DUBOURDIEU

Président du Tampon Tennis de Table

 

Dernière modification le lundi, 01 janvier 2018 08:03
Évaluer cet élément
(8 Votes)
Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.